L'ENDURO DU TOUQUET 2017 et le POUCE !

 

Petit récit sur ce millésime TOUQUET 2017…

Nous roulions cette année pour l'association Coup de Pouce qui aide les enfants malades atteints d'un cancer en Bourgogne. Nous y avons emmené l'association et le petit Matéo à qui nous avons fait partager ce week end à sensations fortes...

 

 

 

Un bon cru quand 48h après la course tu as encore des grains de sable présents sous les paupières et que les courbatures piquent encore…

Après une entrée au parc fermé impeccable et avoir gagné une bonne centaine de place au jeu de qui arrive le plus vite à s’extraire de la fourmilière (au milieu des motos tombées que les pilotes ne trouvent pas, des bâches de protection qu’utilisent certains pilotes (ça ne sert à rien !) et les béquilles amovibles jonchées sur le chemin), j’attends avec les 1100 furieux le lancement du cortège.

 

 

 

 

 

 

 

Après que toute la clique, Matéo, l' Association Coup d'Pouce Tony Gard Grégos Gregos David Luce Mathilde Luce Magali Barlerin Simonot Dominique Carvou Francky Mag Legrand m’est donnés une bonne dose d’encouragement, les grilles s’ouvrent et le folklore commence…

 

 

 

 

 

 

Ça avance, ça s’arrête, ça avance, ça s’arrête. Comme depuis 3 ans maintenant et les conseils précieux de Loisirs Off Road Boyon, je cours à côté de la moto au point mort pour ne pas cramer l’embrayage.
De nombreux pilotes sont déjà à l’arrêt, embrayage ruiné, ou d’autres ont déjà chutés et terminés la course.

Ici, dans cette route qui mène à la plage, tout peut se perdre en un instant….
Ça bouchonne beaucoup mais je passe sans encombre, et là, j’arrive sur la plage.
La moto s’englue dans le sable et j’ouvre en grand. Stupeur, la 300 n’a pas de chevaux… merde, que se passe-t-il ?

J’ai beau essoré la poignée des gaz, elle ne veut rien savoir et plafonne à 70km/h. Je rétrograde et d’un coup, elle part…
Bon, j’ai compris, les conditions météos sont spéciales et les réglages du carbu sont tels qu’il faudra ouvrir à mort pour envoyer les chevaux… comme si je roulais avec une 125 !
Pas de soucis, on s’adaptera mais j’ai un peu de doute quand même…

Placé sur la grille, j’attends l’heure de départ. A 15 secondes, je claque la 2ème et vlan, c’est parti…euh, il faudra attendre car un pilote tombe juste devant et il faut contourner l’ami pour y arriver !

 

 

 

 

 

 

 

Allez, feu…on passe les vitesses et on se retrouve rapidos à 120km/h avec tous les fous furieux sur la plage… direction Stella. Un moment jubilatoire mais hyper dangereux ou il faut regarder le plus loin possible…

 

 

 

 

 

 

 

Premier goulet et tout est bloqué, on jardine un peu mais ça passe au milieu de pilotes couchés ou déjà englués…

Le premier tour sera bouclé en 18 minutes, pas de chute, pas trop :) d’erreur…

Au deuxième tour, première erreur, j’oublie de baisser la tête à la sortie du pont et vlan, le pouce que j’arborai fièrement sur mon casque vole. Un vrai coup de poing que je prends dans le casque, limite sonné, quel con !
Bon, ben on peut pas s’arrêter alors… on continue…. bye le pouce
:( snif snif...

 

 

 

 

 

 

 

 

Au 3ème tour, je commence à faire des conn…. Une chute par ci, une chute par-là, bisous avec le sable par ci, bisous avec le sable par-là, on commence à en avaler correct et le terrain se défonce grave….

Fin du 3ème tour, direction le ravito pour remettre de l’essence, boire un coup et youpla, c’est reparti.

 

 

 

 

 

 

 

4ème tour, des chutes, des erreurs, le pire tour je crois…enfin, c’était sans compter le 5ème, le pire du pire…

Alors que la fatigue comme à se faire sentir, je vais lamentablement me tanker dans le petit rebord de sable qui longe la piste sur toute sa longueur…
Enfin, c’est quand même une butte d’un bon mètre de haut.
Ma moto descend très bas de l’avant et se retrouve comme une bête échouée !
Quel con mais quel con, je m’engeule à mort dans le casque !!!! tous les noms d’oiseaux y passent !
Bon, c’est pas le tout mais il faut désormais s’extraire….
Pour ajouter de la difficulté, je suis limite coincé dans les filets de protections…. Autant dire que si la roue arrière se fout la dedans, c’est en version sardine dans un filet de pêche que finira la moto !

J’essaie tant bien que mal pendant 5 bonnes minutes à replacer l’avant de la moto pour ne pas aller à cette pêche qui ruinerait mon rêve de terminer une nouvelle fois cette course.

 

 

 

 

 

 

Sans paniquer mais en prenant soin de faire attention car tous les pilotes me passent à ras les fesses, j’arrive à remettre le tout en ligne, après une bonne suée.
Je redresse la mécanique et je m’active sur le Kick.
Elle démarre, je passe la première et sa tracte, je fais 20 cms mais je sens que ça force… qu’est ce qui se passe. J’accélère et 5 secondes après, la moto s’arrête nette, je crains le pire…
Elle ne veut pas redémarrer.

Chaine cassée, moteur HS ? en un instant, gros coup de flip et tout me passe par la tête, tant de mois de préparation pour cela, c’est pas possible. Je commende à lever la tête au ciel !
L’abandon ?...
Je pense alors à tous ces enfants malades que j’aide et je me dis que ça ne peut pas s’arrêter comme cela, eux qui luttent au quotidien allez, il faut analyser la situation et retrousser les manches...
Comme le dis Guillaume Chollet, pire que l’abandon, la défaite… il faut se ressaisir !
La chaine est toujours là mais de premier abord, j’analyse un problème de blocage avec la roue arrière. La chaine est tendue comme un string, bandée comme un âne !!!
Il y’a encore 30 bons centimètres de débattement mais la chaine est tendue à mort, c’est quoi se truc de dingue ?
Elle ne semble pas avoir bougé de la fixation mais elle est tendue à mort !!!

Deuxième analyse, pourquoi la moto ne démarre pas, car même si ce phénomène de chaine tendue à fond bloque l’arbre de transmission, au point mort, elle doit démarrer cette chignole !

Et là, en regardant à ma gauche, stupeur, plus d’essence avant le carbu ? C’est quoi se délire ? Par transparence, c’est encore pire, dans le réservoir, quasiment plus d’essence.
En un instant, je comprends, le réservoir s’est vidé lorsque la moto était tankée en contrebas, je n’avais pas coupé l’essence… quel écolo ce Fred !!!

Elle ne démarre pas car elle n’a plus d’essence, tout simplement… rrrrrrrrrr…..Heureusement, sur une enduro, on a une réserve d’essence !

Je dois passer en réserve et là, nouveau coup de flip car si elle redémarre, il me reste encore 9kms à parcourir jusqu'au ravito et avec les conso d’essence sur cette course de malade, c’est pas gagné de pouvoir rejoindre les stands et refaire le plein. Quoi qu’il en soit, pas le choix et il faut repartir car les stations d’essence sur la plage du Touquet, ça n’existe pas !

En un instant, la belle orange s’ébroue, je sors de la butte et repars, ouf !!!!

Je serre les fesses et arrive enfin au stand…

Je constate que la chaine est correcte… à rien y comprendre. Pourquoi 10 minutes avant, dans le sable, elle était bandée à mort ???
Pas d’explication à ce jour....

Bref, ne nous posons pas trop de questions, ça marche, alors on repart…

 

Les 3 derniers tours ne seront que torture, chute et…. pluie….
En effet, l’eau venue du ciel s’est installée pour la dernière heure de course.
Nous finirons comme un mur enduit, une couche de sable humide d’un bon centimètre nous recouvrant de haut en bas et ce, sur tout le pilote, la moto et les lunettes !
Le sable mouillé bloque notre système de film interchangeable et c’est galère, je vois rien… mais surtout, ne pas enlever les lunettes ! car là, en 2 minutes, tu passes en version aveugle albinos...

Après un dernier tour avec plusieurs pilotes qui galèrent autant que moi, je franchis la ligne à la 486ème place, mais surtout avec la joie d’avoir fini ce 3ème Touquet, 3/3 depuis 2015 !

qui sont comme des poissions dans l'eau Antoine Mathieu et Jean Philippe LuceA l’arrivée je jubile !
Il me faut maintenant retourner au paddock et retrouver mes fidèles assistants….
:)

Ils sont là, nous fêtons ensemble cette fin sous une pluie battante….

En quelques minutes, je suis transis de froid, l’onglet aux mains, aux pieds et je mettrai une bonne heure à me réchauffer….
Toute la clique est déjà partie car toute le monde est trempé jusqu’au os…

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Il est désormais temps de rentrer… 5heures de route…déballage des habits…rangement… et dodo….

Voilà, c’était le TOUQUET 2017, Rendez-vous 2018 ?

Merci à vous tous et vos encouragements sur le web...
ET MERCI A NOS PARTENAIRES SUR CE TOUQUET 2017...

SUPER U Venarey les Laumes
GoldenCoastCustom
Pouilly Evasion PEV Racing Bicycles et motorsports
VIEL SAS
Optique Avenir
KLUBB France
GLANTENAY
Domaine de Flavigny-Alésia
CRAI
IMPRIMERIE BARLERIN Jacques Barlerin
XTrem Graphic
Tolerie REMOND
ROCA PAYSAGE
Tommy Garage
TWINNER SEMUR
Dakar Rallye Raid 43

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :