La suite de mon Dakar 2019 - Solidarité et Fraternité

Publié le par Antoine

On est samedi, jour de repos pour le Dakar. Jour morne pour moi, dire que le moral est dans les chaussettes est un doux euphémisme.

Titine n'est pas làTitine n'est pas là

Titine n'est pas là

Hier soir, c'était très dur de voir les pilotes rentrer, les motos sont sur leur tapis, pas Titine, elle est stockée dans le camion des éclopées du rallye, je ne peux la prélever malgré l'envie irrépressible de démonter le cache latéral gauche ... Derrière, la boite à air, le filtre à air et ses 2 couches de surprotection, puis le conduit d'air amenant à la pompe d’injection ... Affreux ... Affreux que je suis, je me doute de ce qu'il s'est passé mais pas assuré : protection insuffisante ? Le filtre à bougé ? Déchiré, malmené par trop de saturation ? Pourquoi n'en ai-je pas pris avec moi pour pouvoir les changer pendant la spéciale ? Était-ce la solution avec le risque de rentrée de poussière ? Ces questions me tourmentent, m’obsèdent, je m'en veux, tellement ...

Je me sentais plutôt bien physiquement, satisfait de mon pilotage, de ma navigation, de mon organisation.

Le fesh-fesh, créateur de désillusion

Le fesh-fesh, créateur de désillusion

Magali m'a rejoint, le réconfort qu'elle m'apporte n'est pas descriptible, elle est là, avec moi, nous deux ensemble, comme toujours.

La suite de mon Dakar 2019 - Solidarité et Fraternité

Tous les hôtels sont complets ici, nous dormirons sous ma petite tente, un peu serrés ce qui n'est pas plus mal. 

Le matin, je ne peux m'empêcher de me lever tôt, 5 heures, je me dis que bien des collègues pilotes ont besoin d'un coup de main. Effectivement, les motos sont en piteux état, l'étape de la veille a été très difficile, nombreux pilotes éliminés.

Un peu plus tard, Magali se lève, petit dej' improvisé à deux puis retour à la mécanique.

Le roadbook d'Arnold Brucy ne déroule plus, quelques vérifications, ailleurs le kit chaîne doit être changé, j'aide Anastaszia à changer son pneu, remonter sa roue et retendre sa chaîne, plus loin le changement de filtre à air : non, je préfère aider pour autre chose, le Fred est chat noir en ce domaine.

J'observe aussi et discute des solutions de filtration de l'air sur nos motos, les spéciales rallyes sont conçues différemment, j'ai remarqué un kit, peu connu, qui semble bien fichu et qui a tenu le coup pour le moment, globalement rien de miraculeux mais certaines idées d'étanchéité de la boite à air sont à garder en mémoire..

 

Je reçois de nombreux messages de soutien, via Facebook, Messenger, sms, instagram, email, vraiment, à ce point j'en suis surpris. Mon passage sur France 4 au Journal du Dakar a ému beaucoup de monde apparemment, elle était bien sympa l'équipe TV7, les locaux présents aussi, je me repasse les images de la galère dans ma tête sans cesse.  Les messages me font chaud au cœur.

Le boulot au bivouac me fait du bien aussi, je parviens à penser à autre chose, Magali à mes côtés me soutient, me porte, la désillusion n'est pas digérée pour autant, le sera-t-elle bientôt? J'en doute.

 

La suite de mon Dakar 2019 - Solidarité et FraternitéLa suite de mon Dakar 2019 - Solidarité et Fraternité
La suite de mon Dakar 2019 - Solidarité et FraternitéLa suite de mon Dakar 2019 - Solidarité et Fraternité

Le lendemain dimanche 13 :  la course reprend

Loïc Minaudier, qui n'est pas en Malles ("Original by Motul") a l'orteil droit gonflé comme un ballon de baudruche depuis la veille, pas possible d'enfiler sa botte droite, je lui passe la mienne, d'une pointure supérieure à la sienne, ça le fait, le voilà parti, nous verrons ce soir, je croise très fort les doigts pour lui, sympa, Loïc.

A 5 heures à nouveau debout, aide des pilotes, dernières bricoles avant la départ, aide au rangement, ...

Pilote sans moto, l'amertume est toujours là mais, avec Mag, nous restons proches de la compétition. Nous avons décidé ensemble de suivre le rallye de l'intérieur, de rester dans l'ambiance, au bivouac lors du retour des pilotes et la nuit. Pas le plus confortable mais j'y tiens, pas l'esprit à faire du tourisme et découvrir le Pérou pourtant de haute réputation.

Je vais faire une check list pour la prochaine édition, destinée à tous les prochains rookies, pour les aider à ne pas faire d'erreur, à penser à tous les paramètres.

Loïc avec ma botte droite, la gardera jusqu'au bout certainement - le bivouac en attente des retoursLoïc avec ma botte droite, la gardera jusqu'au bout certainement - le bivouac en attente des retours

Loïc avec ma botte droite, la gardera jusqu'au bout certainement - le bivouac en attente des retours

Nous regardons pour louer une voiture : non, 300 $, trop cher, ce sera les lignes de bus. Info au bivouac, il reste 2 places dans l'avion : nous voilà dans un Transal de transport de troupes de l'armée péruvienne, 1 heure au lieu de 10 en bus d'Arequipa à San Juan De Marcona et atterrissage directement sur le bivouac !

Le Transal nous a attenduLe Transal nous a attendu
Le Transal nous a attenduLe Transal nous a attendu

Le Transal nous a attendu

Beaucoup de monde à l'arrivée de la spéciale et à certains CP, l'étape est rude, les concurrents atteints, c'est reparti pour les coups de main.

Lundi 14 , ma première vidange moteur du jour ... à 5 heures, voilà qui est bien.

Avec Mag, nous nous débrouillons pour rejoindre les différents points intéressants : en camion, voiture, sur le plateau d'un pick up, ...

Romain Leloup arrive de la sortie de la spéciale, très fatigué comme les autres, il est bien placé pour la 1ère place en Malles. Loïc quant à lui, ne se sépare plus de ma botte qui lui évite des douleurs peu supportables.

De l'assistance à nouveau. J'aurai aidé régulièrement 8 pilotes ou un peu plus en tout, certains plus que d'autres, au fil du niveau de complicité et des besoins. Je prends de l’expérience aussi avec tous ces échanges. Des bons moments, de l'amitié, de la sincérité. Cette fraternité qui m'est chère et qui m'a poussé à faire le Dakar en malle moto.

Mardi 15, réveil à 4h00, en route avec l'équipe de tournage TV de Motul au départ de la spéciale. Rebelotte pour la maintenance chez les copains, beaucoup de petites actions qui font gagner du temps et de l'énergie.

L'ambiance au bivouac est toujours très bonne, en mode survie pour tout le monde, surréaliste. Ce Dakar était annoncé très dur, il l'est, les Pros subissent beaucoup aussi.

J'apprends l'abandon de Romain, lui aussi victime d'une panne moteur, avec les mêmes symptômes que ceux de Titine. Le coup est dur, il était si proche de l'arrivée du Dakar !

Sans effacer l'amertume de ne pas finir, ne pas être seul à avoir le même problème (Romain, Stéphane Bouvier et autres pilotes) entraînant l'abandon me fait comprendre que contre les dégâts occasionnés du fesh il est difficile de lutter.

Nous passerons la nuit dans un bus prêté à l'organisation pour rejoindre la prochaine étape.

Ensuite, j'aurai aussi à accompagner et encadrer des VIP pour ASO, invités de partenaires, en plein milieu de spéciale. 

Vos messages, je les reçois, je les lis, je les bois, vous me faites du bien, tant, je vous répondrai plus tard car le temps me manque.

 

Je termine ce billet avec des photos de ces derniers jours.

En transit - Autre façon d'utiliser le tour de cou Rallye Fred, pour se protéger des tempêtes de sable, nombreuses ici - à un CP : changement de pneu nécessaire sur la Toyota - Mag avec Laïa - avec Adrien Van Beveren - une Mini sans capot En transit - Autre façon d'utiliser le tour de cou Rallye Fred, pour se protéger des tempêtes de sable, nombreuses ici - à un CP : changement de pneu nécessaire sur la Toyota - Mag avec Laïa - avec Adrien Van Beveren - une Mini sans capot
En transit - Autre façon d'utiliser le tour de cou Rallye Fred, pour se protéger des tempêtes de sable, nombreuses ici - à un CP : changement de pneu nécessaire sur la Toyota - Mag avec Laïa - avec Adrien Van Beveren - une Mini sans capot En transit - Autre façon d'utiliser le tour de cou Rallye Fred, pour se protéger des tempêtes de sable, nombreuses ici - à un CP : changement de pneu nécessaire sur la Toyota - Mag avec Laïa - avec Adrien Van Beveren - une Mini sans capot En transit - Autre façon d'utiliser le tour de cou Rallye Fred, pour se protéger des tempêtes de sable, nombreuses ici - à un CP : changement de pneu nécessaire sur la Toyota - Mag avec Laïa - avec Adrien Van Beveren - une Mini sans capot
En transit - Autre façon d'utiliser le tour de cou Rallye Fred, pour se protéger des tempêtes de sable, nombreuses ici - à un CP : changement de pneu nécessaire sur la Toyota - Mag avec Laïa - avec Adrien Van Beveren - une Mini sans capot En transit - Autre façon d'utiliser le tour de cou Rallye Fred, pour se protéger des tempêtes de sable, nombreuses ici - à un CP : changement de pneu nécessaire sur la Toyota - Mag avec Laïa - avec Adrien Van Beveren - une Mini sans capot En transit - Autre façon d'utiliser le tour de cou Rallye Fred, pour se protéger des tempêtes de sable, nombreuses ici - à un CP : changement de pneu nécessaire sur la Toyota - Mag avec Laïa - avec Adrien Van Beveren - une Mini sans capot

En transit - Autre façon d'utiliser le tour de cou Rallye Fred, pour se protéger des tempêtes de sable, nombreuses ici - à un CP : changement de pneu nécessaire sur la Toyota - Mag avec Laïa - avec Adrien Van Beveren - une Mini sans capot

Une roue qui ne tourne plus rond - le bivouac, toujours - les contacts, l'aideUne roue qui ne tourne plus rond - le bivouac, toujours - les contacts, l'aideUne roue qui ne tourne plus rond - le bivouac, toujours - les contacts, l'aide
Une roue qui ne tourne plus rond - le bivouac, toujours - les contacts, l'aideUne roue qui ne tourne plus rond - le bivouac, toujours - les contacts, l'aide

Une roue qui ne tourne plus rond - le bivouac, toujours - les contacts, l'aide

Romain Leloup a fini par abandonner aussi, casse mécanique aussi, la poisse !Romain Leloup a fini par abandonner aussi, casse mécanique aussi, la poisse !

Romain Leloup a fini par abandonner aussi, casse mécanique aussi, la poisse !

Les Pros sont atteints

Les Pros sont atteints

Moi, je ferai le Dakar, comme papa !

Moi, je ferai le Dakar, comme papa !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
L
Bravo,<br /> La mécanique lâche mais pas l'homme.<br /> Chapeau pour l'esprit d'équipe qui même dans ces moments durs s'exprime encore et toujours.<br /> Tu peux être fier de toi. RDV l'année prochaine.<br /> A Bientôt.
Répondre
J
félicitations pour ce bel esprit sportif. aider les autres, ce sera ta victoire
Répondre
T
Bravo Fred ! Je t'ai découvert grâce à ce fameux reportage super émouvant et je suis de tout cœur avec toi ! Courage !
Répondre
N
merci pour vos post ravie d'avoir de vos nouvelles du bout du monde attention à vous 2 pleins de hughs
Répondre